4)KRYSHINE Wladimir, QM fusilier CS, DBFM

Kryshine_4

25
Le QM Kryshine Wladimir, photos prises certainement en Indochine

 

Fiche issue du relevé N° 5667

Informations :

Quartier-maître fusilier CS, DBFM

Date du décès : 29 08 1956

Lieu du décès : Djebel Zakri (Algérie)

Références : bp01- 304956

Cours du BE

session du 01 10 1956 au 01 03 1957 - Citation à l'ordre de l'armée à titre posthume, médaille de la valeur militaire avec palme décernée au QM fusilier CS KRYSHINE Wladimir matricule 3417 T 47, tué en opération de maintien de l'ordre le 29 08 1956 dans la région de Nédroma ( Oran). QM fusilier d'une remarquable valeur professionnelle. A toujours fait preuve de magnifiques qualités de courage et de sang-froid. S'est particulièrement distingué lors de l'opération du 29 08 1956 dans la région de Nédroma, a été mortellement blessé alors qu'il emmenait son équipe a l'assaut d'un piton où se retranchaient de nombreux H L L fortement armés. Le QM fusilier CS KRYSHINE avait suivi le stage préliminaire du CS et le stage du CS N° 41 au centre Siroco du 01 11 1955 au 01 06 1956. Il a été affecté au 3 ème bataillon de la D B F M.

Siroco le 27 10 1956, PCC le CF GARNIER comandant le centre Siroco.

Wladimir : matricule : 3417 T 47, musicien des équipages de la flotte ( 1947 à 1955), deux ans en Indochine de 1952 à 1954 . Embarquement sur le Jeanne d’Arc où les officiers lui ont fait miroiter un avancement plus rapide chez les fusiliers marins !!!!!!
Parti en Octobre 1955 à Siroco, il a terminé 10 ème de sa promotion .
Il a été affecté ensuite à la DBFM dans l’oranais .
Marié avec Yvonne avec qui il a eu trois enfants : Patricia, Françoise et Jacques.

c

 

26

 

5) MASINI Jean André , second-maître canonnier ®

27

le second-maître Masini Jean-André
Né le 24 12 1917 à Olméta-du-Cap ( Corse), inhumé à Marseille
Marié, un enfant : Aimé

 

28

Fiche issue du relevé N° 17534 Olmeta-di-Capocorso – 2 B, monument aux morts

Informations :

Second-maître canonnier à la DBFM, mort à l’âge de 39 ans

Date du décès : 29 08 1956

Lieu du décès : Djebel Zakri ‘Algérie)

Références : bp03 - 804328

Blessé, abandonné sur place, a eu le temps de se faire un garrot sur sa jambe avec sa ceinture avant d'être lardé de 51 coups de poignard par les fells.

 

29

 

30

31

                                   Masini Jean-André debout à gauche

masini_6
Corps des soldats morts en Algérie et ramenés à Marseille, parmi ceux-ci celui de Masini Jean-André

32
Monument de la DBFM à Nemours

6) MARIO Marcel Auguste Jean, maître canonnier ® DBFM

Mario_Marcel_te_e_militaire

Mario Marcel, embarquement sur le croiseur léger "La Galissonnière", revenu à la vie civile, il occupe un emploi de bureau à la ville de Cannes avant d'être rappelé sous les drapeaux pour rejoindre la D B F M en Algérie à la frontière marocaine.

lagalissoniere_v

"La Galissonnière " croiseur léger sur lequel était embarqué MARIO Marcel

Marcel_Mario_1

Au centre le S/M Mario Marcel

Marcel_et_AngelleMarcel MARIO et son épouse Angèle

 

Fiche issue du relevé N° 16070 Valdeblore (06) Monument aux morts

Informations : Maître canonnier né le 09 04 1917 à La Bolline (06)

Date du décès : 29 08 1956

Lieu du décès : Djebel Zakri (Algérie)

Référence : bp 03 - 785676

Cours de C A T

École des fusiliers marins,  cours du C A T (49 ème session ), du 31 Mars au 23 Octobre 2008

Cours MARIO

Gradé d'une valeur professionnelle exceptionnelle, s'est particulièrement distingué lors d'une opération du 29 08 1956 dans la région de Nédroma  ( Djebel Zakri) où il a rempli d'une manière exemplaire son rôle de maître adjoint. Sa section étant durement engagée, a fait preuve des plus hautes qualités de courage et de bravoure. A été mortellement blessé alors qu'il montait à l'assaut pour la seconde fois. Cette citation comporte l'attribution de la croix de la valeur militaire avec palme. Par décret du 22 Décembre 1956, le maître Marcel MARIO, Mle 4460 T 35 a été décoré à titre posthume de la médaille militaire.

Le C/V Robert PELLEGRIN commandant l'école des fusiliers marins.

Mario_Marcel_to_e_militaire

Sa tombe au cimetière militaire

Mario_Marcel_co_du_obs_ques

Mario_Marcel_an_ce_obs_ques

La lignée des MARIO s'est éteinte après son décès, le petit neveu: PIETRI JL se souvient, alors qu'il n'avait que 3 ans, de la venue chez ses arrières- grands- parents, dans la maison familiale de Valdeblore, du receveur des postes bouleversé par l'arrivée du télégramme fatidique. Dans ce petit village d'une centaine d'habitants cette disparition a fait l'effet d'une bombe et tout le village s'est pressé devant la maison pour soutenir la famille éplorée.

 

 7) SAROTTO René Pierre Félix, matelot armurier de 2ème classe, 3/ DBFM

Sarotto_ren__111

Photo transmise par André MAUREL, son ami

Service militaire, affectation sur le "Richelieu" du 01 03 1953 au 11 04 1953 et D C A Toulon, le 03 07 1954 il est libéré de ses obligations militaires.  Il est rappelé à l'activité et muté à la D B F M le 28 05 1956, tué le 29 08 1956 au cours de l'opération du Djebel Zakri. Citation à l'ordre de l'armée de Mer à titre posthume: "Lors de l'opération du 29 08 1956 dans la région de Nédroma, tireur au FM d'une section engagée pendant plusieurs heures, n'a cessé de servir son arme que lorsqu'il a été mortellement touché, montrant à tous les hautes qualités de bravoure, de sang froid et de sacrifice" - Décorations: M M, Croix de la Valeur Militaire avec palme,  citation à l'ordre de lm'armée de Mer - Son décès est inscrit à la commune de Toulon

 

Fiche issue du relevé N° 27364, La Garde Freinet- 83 Mémorial AFN

Informations : Matelot armurier au III/DBFM

Date du décès : 29 08 1956

Lieu du décès : Djebel Zakri, région de Nemours (Algérie)

Référence : bp 04 - 1411364

 

 

Sarotto_ren__11

Septembre 1956, René SAROTTO peu avant sa mort. Toulonnais travaillant à l'arsenal, il est ici de garde de jour sur le piton surplombant notre camp. Le 29 08 1956, au cours d'un assaut sur le djebel Zakri, comme moi tireur au fusil mitrailleur, il mourra à deux mètres de moi d'une balle reçue au-dessus du sourcil. Il fut ce jour là un des 16 morts français, plus 11 blessés, alors que les 60 fellagahs y restèrent tous. Des chasseurs à pieds y laissèrent, je crois, 6 des leurs. - (André Maurel)